Découvrez ce qui se passe dans notre cerveau lorsque l’on médite

Vous savez peut-être déjà que la méditation apporte des bénéfices pour la santé. Vous êtes-vous déjà dit : « Tiens, ça ne doit pas être sorcier! », et après 5 minutes, ce fut la fin de votre belle aventure avec cette technique ancestrale. Si c’est le cas, l’article suivant pourrait bien vous intéresser : il vous expliquera pourquoi vous n’avez pas réussi cette simple tâche et comment vous devez vous y prendre pour votre deuxième (ou énième) tentative.

Des bienfaits remarquablement scientifiques

Les recherches démontrent que la méditation peut réellement aider quelqu’un à être en meilleure santé, à vivre plus heureux et peut même améliorer ses relations interpersonnelles.

On constate aussi que la méditation améliore les symptômes physiques et psychologiques associés à des troubles de santé comme les douleurs chroniques, les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète, l’anxiété, la dépression. Sans guérir ces problèmes, la méditation augmente la capacité du corps à s’adapter et à gérer le stress et la douleur, tout comme la chiropratique d’ailleurs! La neuroscience commence à peine à comprendre comment la méditation peut avoir de telles répercussions.

D’une perspective neuroscientifique, c’est la modification des réseaux cérébraux qui expliquerait ces bénéfices. La méditation est un entraînement du « muscle de l’attention » qui provoque des changements physiques dans la connectivité cérébrale. En d’autres mots, la fonction du cerveau se modifie et ces changements ont un impact dans les circuits de gestion de l’inflammation et de la douleur chronique, par exemple.

Le muscle de l’attention, c’est quoi ça?

L’attention. Vous savez, cette denrée rare? Ce qui fait cruellement défaut aux personnes aux prises avec un TDA (trouble du déficit de l’attention). L’attention est devenue si difficile à trouver (chez soi et chez les autres), que même notre propre cerveau se bat avec lui-même pour l’avoir. Il est particulièrement important de choisir où nous voulons la mettre.

​Vous aimez nos secrets de santé?

​Inscrivez-vous pour les recevoir gratuitement chaque semaine par courriel! Allez-y! C'est gratuit et ça prend 30 secondes!

Le cerveau comporte deux hémisphères. L’hémisphère droit (appelons-le affectueusement Droit) est la portion rationnelle, celle qui collecte les données objectives enregistrées par vos 5 sens. L’hémisphère gauche (vous vous doutiez sûrement que nous allions le surnommer Gauche) est celui qui interprète les données recueillies par Droit. Il est responsable du flot d’idées, de pensées, d’émotions, de croyances et de jugements. C’est la « petite voix » dans notre tête.

Il y a une compétition féroce dans le cerveau pour l’attention. En méditation pleine conscience, on cherchera volontairement à porter notre attention vers Droit. Ce faisant, nous réduisons automatiquement l’attention portée à Gauche. Dans quel but? Simplement parce que Gauche est celui qui rumine, qui nourrit les émotions négatives, qui nous garde prisonnier des expériences et blessures du passé. Nous sommes plus heureux lorsque nous nous concentrons sur les informations provenant de Droit avant qu’elles ne soient contaminées par Gauche.

La méditation est donc un entraînement. Nous entraînons notre cerveau à mettre le focus sur Droit plutôt que sur Gauche. Plus cette capacité d’attention sera contrôlée, plus nous serons en mesure de réduire l’impact de Gauche sur notre vie. La méditation est-elle assez puissante pour faire taire cette petite voix grincheuse? Oui! À condition de pratiquer régulièrement. Tout le défi est là!

Simple comme bonjour!

Il existe plusieurs techniques de méditation. En voici une toute simple.

Les yeux fermés, assis confortablement, portez toute votre attention sur votre respiration. Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez penser Inspirer, Expirer. C’est tout!

Les néophytes découvriront rapidement ce que les bouddhistes appellent l’esprit du singe. Gauche ne voudra pas être délaissé. Il tentera par tous les moyens de vous distraire et d’attirer votre attention. Il lancera d’abord des pensées. Votre esprit se mettra à vagabonder dans tous les sens. Laissez ces pensées passer en les observant, mais sans les juger. Comme vous le feriez en regardant des nuages passer dans le ciel. Puis, ramenez gentiment, mais fermement, votre attention sur votre respiration. Répétez, répétez, répétez.

C’est simple, mais CE N’EST PAS FACILE! Même avec pour seul stimulus la respiration, Gauche trouve des choses à dire. Il passe d’une idée à l’autre. Vous tentez de les faire disparaître les unes après les autres, mais il y en a toujours plus qui surgissent. Est-ce que ça vous fait penser au jeu de la taupe?

C’est à ce moment que la plupart des gens abandonnent. NE FAITES PAS CETTE ERREUR, NON! Votre cerveau est normal, il n’est pas brisé. Non, vous n’êtes pas fou ou dérangé. Vous êtes un humain.

Connaître les tactiques de Gauche afin de mieux le déjouer

Gauche veut ravoir l’attention. Il vous incitera à cesser votre méditation par tous les moyens.

  • Je devrais aller mettre ma brassée dans la sécheuse.
  • Je rate le match à la télé.
  • J’ai oublié d’appeler ma mère comme je lui avais dit.
  • Je devrais aller envoyer ce courriel important.
  • Etc.

Ignorez ces pensées. Elles semblent importantes sur le moment, mais si vous les laissez aller, elles disparaîtront et seront remplacées. Gauche, ce n’est pas vous. C’est une partie de vous qui fait son travail. Tout comme le cœur bat, Gauche lui, pense.

Gauche a plus d’un tour dans son sac

Gauche est astucieux. Il vous dira des choses qui vous rendent triste ou qui vous inquiètent. Il vous connait, il est dans votre tête après tout! Il sait ce qui vous ébranlera. Il tentera de vous faire réagir. Ne jouez pas le jeu!

La réaction normale serait de se distraire de soi-même en prenant son téléphone, en regardant la télévision, en lisant un livre.

Mais ce sont ces distractions qui vous ont mené vers un besoin de méditation. Restez là, et concentrez-vous encore sur votre respiration. Encore et encore. C’est cet effort qui construit et renforce votre muscle de l’attention.

  • Peut-être que ça ne marche pas vraiment la méditation.
  • C’est vraiment ennuyant ce que je fais.
  • Je perds mon temps, je devrais plutôt […]

C’est encore Gauche qui tente de vous avoir. Ne vous laissez pas berner. En prenant conscience de ce manège, vous augmentez réellement vos chances de réussir. La méditation ne vous ennuie pas, elle ennuie Gauche. Vous avez simplement besoin d’entraîner votre capacité d’attention pour réduire sa voix.

Servez-vous de Gauche à votre avantage

Utilisez Gauche contre lui-même en faisant de l’étiquetage de pensée. Il a été démontré qu’en nommant la pensée ou l’émotion, on en réduit l’impact. La région du cerveau associée à une émotion, l’amygdale, réduit son activité lors de l’étiquetage, amenuisant ainsi les effets sur le reste du cerveau et du corps. C’est d’ailleurs une technique fréquemment utilisée en éducation à la petite enfance.

Lorsqu’une pensée vous vient, nommez la catégorie ou l’émotion associée.

  • Je devrais aller préparer mon souper si je ne veux pas être en retard. INQUIÉTUDE
  • Je pourrais regarder mes courriels pour voir si Justin m’a répondu. PENSÉE
  • Je n’en reviens pas de m’être fait couper des heures au travail, après tout ce que je fais pour eux. RESSENTIMENT
  • Mon frère est vraiment idiot de s’être acheté une si grosse voiture. JUGEMENT
  • Etc.

L’étiquetage revient à écrire une tâche dans notre liste de choses à faire. On libère notre esprit, c’est noté, et on passe à autre chose.

Des impacts positifs sur vos relations avec les autres

Avez-vous déjà remarqué comment vous vous sentiez bien avec quelqu’un qui vous écoute vraiment? En musclant votre capacité d’attention, vous améliorerez votre écoute et porterez davantage attention aux gens que vous aimez. Vous leur donnerez enfin l’attention et l’écoute qu’ils méritent. Si vos proches vous disent parfois : « Tu ne m’écoutes pas! » ou « M’écoutes-tu quand je te parle? », vous devriez en constater encore plus les bienfaits.

Nous vous avons partagé une seule méthode de méditation, mais sachez qu’il en existe plusieurs autres. L’entraînement de l’attention au moment présent (pleine conscience ou mindfullness) peut aussi se faire lorsque l’on exécute une tâche comme préparer un repas (en se concentrant sur les odeurs, les couleurs, etc.), en prenant une marche ou même en plein trafic du vendredi.

Il est plus avantageux de faire de courtes séances régulièrement que de plus longues méditations moins souvent.

À retenir :

  • La méditation offre de nombreux bienfaits sur la santé physique et mentale.
  • La méditation est un exercice de musculation de l’attention.
  • Les bases de la méditation sont simples, mais il existe de nombreux pièges que l’on peut apprendre à éviter.
  • L’étiquetage des pensées est une technique efficace pour réduire l’impact d’une émotion ou d’une pensée sur le reste du cerveau et sur le corps.
  • Il est préférable de méditer plus souvent pendant de courtes périodes.
  • Intégrer la méditation aux activités quotidiennes permet de mieux prendre conscience de ce qui nous entoure.